Oui à l’Europe mais une Europe au service des citoyens, protectrice et juste

Le par

Notre avenir passe par l’échelle européenne. Nier cette réalité, comme le font Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon est un leurre grave. Parce que nous vivons à l’heure où tout est mondialisé avec des règles économiques ultra concurrentielles, considérer que le village gaulois « lui tout seul » pourrait se défendre et inventer un avenir meilleur à sa population est un mensonge.

Depuis les élections européennes de 2014, un fil-conducteur a guidé les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux : réorienter en profondeur l’Europe afin qu’elle cesse d’apparaître comme un problème et qu’elle incarne, au contraire, la solution aux yeux des citoyens français et européens. Notre objectif est de construire une Europe démocratique et solidaire. Une Europe proche du citoyen et sociale, à la fois forte sur la scène internationale et intransigeante dans la lutte contre le terrorisme. Une Europe ouverte sur le monde, à la hauteur de l’enjeu sur les questions de migrations et d’accueil des réfugiés. Une Europe synonyme de croissance soutenable, par l’investissement et la relance industrielle, en faveur de l’emploi, prônant l’éducation, la formation et la recherche, et qui défend le juste échange dans le commerce international. Une Europe à la pointe dans le combat contre le dérèglement climatique, qui protège l’environnement et la santé de tous. Une Europe des valeurs, où les libertés fondamentales des citoyens sont respectées. Une Europe de la culture et de la jeunesse.

Trois ans après la mise en place de la Commission européenne dite « de la dernière chance », selon l’expression de M. Juncker, l’heure est au bilan, pour lui comme pour nous.

Bien que nous soyons minoritaires dans l’hémicycle, nous avons obtenu des victoires pendant ces trois premières années. Des dossiers stratégiques avancent, grâce notamment à la mobilisation citoyenne : glyphosate, instruments de défense commerciale, minerais de sang, budget pour la zone euro pour n’en citer que quelques-uns. Ces résultats nous incitent à poursuivre le rapport de forces et à ne rien abandonner de nos combats. Ce rapport d’étape, qui revient sur la période allant de mai 2014 à septembre 2017, ne peut pas être exhaustif, mais il rend compte – à travers défaites et victoires – de l’action, la conviction, l’engagement et la détermination des députés socialistes et radicaux français, qui défendent jour après jour une autre idée de l’Europe.

Nous sommes convaincus qu’une Europe refondée sera le meilleur outil pour défendre nos valeurs, construire une souveraineté européenne et faire face ensemble aux défis et menaces du XXIème siècle. Pendant cette législature, nous avons défendu des mesures pour rendre l’Europe désirable. Même en étant minoritaires, des avancées sont là, même si toutes nos attentes n’ont pu être comblées. Voilà pourquoi, nous ne cèderons rien de nos combats contre les forces de droites libérales et conservatrices et que nous renforcerons, à l’avenir, la coopération au sein de l’alliance européenne des gauches et des écologistes. La droite et la gauche, ce n’est pas la même chose, aussi et surtout dans les politiques européennes. Nous allons, dans la continuité et la persévérance qui sont les gages de la réussite en Europe, prolonger nos combats pour changer en profondeur l’Europe, Notre Europe !

 

 

Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy

Présidente de la Délégation socialiste française

Députée européenne

Sur le même thème, lire aussi :

Vers la refondation du Parti Socialiste   Suites aux défaites de notre parti aux dernières élections, celui-ci entreprend un processus de refondation. Faut-il croire, face à ce constat d'échec, à
Le par
Trois interventions, parmi d’autres, de Gilles Lafon, président du groupe socialiste, au conseil municipal du 23 octobre dernier. 1. Le PS votera pour la prolongation du contrat d’un entraineur
Le par

Les derniers contenus multimédias