PLAN LOCAL D’URBANISME : UNE REGRESSION SOCIALE ET ECOLOGIE

Le par

PLAN LOCAL D’URBANISME : UNE REGRESSION SOCIALE ET ECOLOGIE

333

A la lecture de ce PLU, la seule question qui vaille est : à qui ment le maire de Villejuif ? Aux villejuifois qui l’ont élu, ou au Préfet?

Aux Villejuifois qui le soutiennent, il a promis, lors de plusieurs réunions publiques, de faire baisser le niveau des logements sociaux à 30/32% d’ici quelques années. Auprès du Préfet et à tous nos partenaires institutionnels, il s’engage à respecter les engagements inscrits dans le Plan Local de l’Habitat de maintenir à 36% le nombre de logements sociaux. Car le Préfet l’a récemment rappelé à ses obligations en la matière…

Je lui disais lors de l’adoption de ce PLU en juin : « à terme une fois que les « coups partis » sous la précédente mandature seront achevés, votre PLU porte en germe le quasi-arrêt de construction de logements sociaux familiaux sur notre commune ». Le préfet ne s’y est pas trompé, qui l’a démasqué lui aussi… et a demandé de le modifier.

Alors, comme si, dans ce type de documents, on pouvait se payer de mots, le Maire engage la ville à respecter le maintien du logement social, mais sans en préciser concrètement les moyens, ou en tronquant certaines informations…

La seule petite indication sur la localisation de ces futurs logements sociaux que l’on peut trouver dans son texte est : « les ZAC auront une programmation propre mais devront tout de même concourir à l’objectif global de logement social ». En clair, il va mettre tous les logements sociaux dans les ZAC ! Il faudrait nous préciser lesquelles !

Les réponses viennent au cours de la séance du Conseil Municipal : dans les quartiers Nord, où des immeubles de grande hauteur vont être autorisés.  C’est ce que nous apprend la 1ère adjointe … On s’interroge sur la concertation, tant promise pendant les élections, quasiment inexistante depuis.

Sur la ZAC Campus Grand Parc. Près de l’épi d’or et le long de la rue Salvador Allende, ce PLU porte la constructibilité à 40m de hauteur alors que le tissu urbain environnant n’est pas particulièrement élevé !

Non seulement le maire et sa première adjointe renient leurs engagements « anti-hauteur », qui étaient l’alpha et l’oméga de leur vision urbaine, mais en plus ils reviennent de ce fait sur la notion de mixité sociale. Car ils vont ainsi concentrer les logements sociaux sur ces périmètres, à l’inverse de ce qui est unanimement préconisé par tous, et qui marche !, de créer du logement social dans l’ensemble des quartiers, par petites touches.

Créer du logement social dans chacun des quartiers, par petite touche, c’est précisément ce qu’empêche cette majorité, en augmentant de 1000m² la limite à partir de laquelle les promoteurs seront obligés d’en inclure dans leurs nouveaux immeubles. Lorsque la 1ère adjointe indique que 25% des logements construits dans le diffus seront des logements sociaux, elle ment, car elle sait pertinemment que le PLU n’oblige pas à cela. Il oblige uniquement à 25% pour les bâtiments de plus de 2500m², dans certaines zones représentant 10% de la surface de la ville.

Combien de fois avions-nous tenté d’expliquer, sans relâche, que l’Etat et la Région allaient nous retoquer si nous ne prenions pas en considération les objectifs de densification et de construction de logement social ! Nous voilà au pied du mur. Et c’est la fuite en avant. Cette majorité dit tout et son contraire, et puis on verra bien !

Cela relève d’une incompétence et d’une inconscience graves.

Nous verrons si le Préfet (ou le Tribunal Administratif ) juge leur PLU conforme à ses réserves, et si le fait de s’engager sans préciser les moyens mis en œuvre lui conviendra…

Deuxième point que je voudrais aborder… les espaces verts

Je l’avais dit en juin : « Monsieur le Maire est un vrai « Maire bâtisseur », certains iront jusqu’à dire : maire bétonneur. Au mépris de ses engagements de campagne, bien sûr, où il jurait qu’il allait faire cesser cette densification insensée. Certains de ses alliés actuels parlaient même de faire baisser le nombre d’habitants sur notre ville…

Loin de stopper cette densification, il la pousse plus loin, au point de réduire la zone pavillonnaire. Nous enregistrons une hausse de plus de 5 000 habitants par rapport aux projections de l’ancien PLU.

Dans un premier temps, en échange de leur soutien, nous avions pensé que ses alliés écologistes avaient obtenu deux espaces verts supplémentaires en compensation de cette augmentation de population assumée : le fameux « terrain des maraîchers », et le terrain (qui ne nous appartient pas, d’ailleurs) où ils souhaitent implanter un poney club.

En réalité, nous avons découvert avec stupéfaction que l’écologie ne se résumait pas à « deux surfaces d’espaces verts » contre 5000 habitants, mais à deux espaces verts en plus contre une dizaine en moins, et 5000 habitants en plus sans les équipements publics nécessaires pour les accueillir.

En regardant la carte des trames vertes (ce que nous n’avions pas eu le temps de faire en juin, vu que les documents nous sont toujours donnés au dernier moment), nous avons découvert que les espaces verts (Éléments de Paysages Protégés (EPP)) sont drastiquement diminués !

Madame la 1ère adjointe a pourtant bien précisé que ces espaces verts étaient très importants, et qu’ils pourraient empêcher des projets néfastes ! Et que fait-elle ? Elle les supprime pour près de la moitié !

La qualité de l’air à Villejuif ne va pas s’améliorer : espaces verts de Paul Brousse, de Paul Guiraud, qui forment de véritables poumons verts au milieu de notre ville, et que nous souhaitions rendre accessibles pour les circulations douces… disparus !

Hors hôpitaux, est-il étonnant de voir que ce sont les quartiers Sud qui sont touchés par ces suppressions d’espaces verts ou plus simplement une vision électoraliste de droite qui consiste à préserver leurs électeurs au détriment des quartiers populaires ?

C’est cette vision électoraliste de l’urbanisme et de l’écologie que nous condamnons.

Pour conclure, nous avons voté contre ce PLU car :

Cette majorité est fière de « montrer » son écologie à travers l’augmentation de la zone N (zone Naturelle), mais c’est au détriment de la baisse drastique des Éléments de Paysages Protégés (EPP) dans la ville.

La lutte contre les hauteurs était l’élément structurant du discours de la droite, des « écologistes » et de ceux qui se disent de gauche dans ce conseil municipal…. La superficie de la Zone UAa, qui permet des hauteurs de 40 m, a plus que doublé passant de 12,5 ha à 25,6 ha !!!

Le logement social va connaître une forte diminution, au mépris des besoins d’une partie de la population, et de nos obligations vis-à-vis de l’Etat et de la Communauté d’Agglomération.

Que dire de la défense des quartiers pavillonnaires, qui passe aux oubliettes, puisque la zone UC passe de 178,1 ha à 167 ha, soit moins 11 ha !

Ce PLU représente une régression sociale et écologique pour notre ville.

Sophie Taillé Polian

Le 17 décembre 2015

Sur le même thème, lire aussi :

Depuis plus d'un an, la section du parti Socialiste de Villejuif le répète : seule une union des forces de gauche, progressistes et écologistes, nous permettra de remporter les prochaines
Le par
Intervention en Conseil Municipal Nous vous invitons à lire l'intervention en CM de Dominique Girard, conseiller municipal du groupe socialiste à la mairie de Villejuif, à propos du
Le par

Les derniers contenus multimédias