Jean-Christophe Cambadélis : « une victoire, deux urgences ».

0 commentaire Le par

Communiqué de presse
Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste

« Une victoire et deux urgences ».

Le Parti socialiste félicite chaleureusement Frédéric Barbier qui a su mener une excellente campagne et rassembler sous son nom et avec notre étiquette l’ensemble des forces républicaines ce dimanche.
Le Parti socialiste accueille avec satisfaction cette belle victoire mais ne se trompe pas d’analyse. Si cette victoire est une éclaircie, elle ne constitue en rien une embellie.
Cette victoire ne met en aucun cas un coup d’arrêt à la dynamique du bloc réactionnaire. L’arrivée en tête de la candidate frontiste au premier tour ainsi que son score aujourd’hui sont des coups de semonce supplémentaires pour les forces républicaines de notre pays. Pour 2017, le danger demeure, non pas d’un 21 avril inversé mais d’un 21 avril aggravé, qui pourrait voir le Front National l’emporter.
Le Parti socialiste assume sa responsabilité, admet l’urgence à agir et souhaite la mise en oeuvre rapide de chantiers de l’égalité afin de réduire au plus vite les inégalités qui rongent la République de l’intérieur.
Une autre urgence doit animer l’ensemble des forces de gauche: l’urgence à s’unir. Cette élection partielle dans le Doubs le dit crûment: entretenir le fantasme d’un « Syriza français », en voulant affaiblir le Parti socialiste, ne provoquerait rien d’autre que la bérézina de la gauche française.
Voilà pourquoi il y a une urgence à gauche: l’unité.  Partout, sous toutes les formes, regroupons-nous! Mobilisons nous! Le Parti socialiste se mobilise totalement pour cette tâche essentielle à la défense de la République.
Jean-Christophe CAMBADELIS
cambadelisindex

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Vers la refondation du Parti Socialiste   Suites aux défaites de notre parti aux dernières élections, celui-ci entreprend un processus de refondation. Faut-il croire, face à ce constat d'échec, à
Le par
Trois interventions, parmi d’autres, de Gilles Lafon, président du groupe socialiste, au conseil municipal du 23 octobre dernier. 1. Le PS votera pour la prolongation du contrat d’un entraineur
Le par

Les derniers contenus multimédias