Réforme des rythmes scolaires : le maire de Villejuif ne veut pas appliquer la loi.

Le par

Réforme des rythmes scolaires : M. Lebohellec, Maire UMP de Villejuif a fait le pari que
la loi ne serait pas appliquée, au détriment des enfants et des familles de Villejuif !

Il y a pourtant en septembre une rentrée scolaire à préparer. Cette
rentrée verra la mise en oeuvre des nouveaux rythmes scolaires
pour les enfants. Nouveaux rythmes qui prévoient une matinée de
plus d’enseignement car les enfants apprennent mieux le matin
que l’après-midi.
A ce jour, M. Lebohellec et son adjointe à l’éducation, Mme
Ouchard n’ont pas pris soin d’ouvrir ce dossier, espérant un report
qu’ils n’ont pas obtenu. Faire le pari qu’une loi ne sera pas
appliquée est totalement irresponsable !
Leur inconséquence plonge les familles dans la plus grande
incertitude :
– Quand connaitrons-nous définitivement les nouveaux
horaires décidés sans concertation ?
– Qui encadrera les enfants ? Quel sera le taux d’encadrement ?
Quelles formations auront les encadrants ?
– A quel coût pour les familles sera organisé l’accueil de loisir
le soir et le matin ?
– Les enseignants seront-ils toujours en charge des études
dirigées ? Quand auront-elles lieu ? La tarification au quotient
familial sera-t-elle remise en cause ?
– Quel sera le contenu du temps périscolaire ? Quelles activités
seront proposées à nos enfants le soir ou le midi ?
– La cantine sera-t-elle ouverte à tous le mercredi midi ?
– Comment vont s’organiser les activités extrascolaires qui
avaient lieu le mercredi matin (Conservatoire, Sports, Ecole
des Beaux Arts, etc.) ?

Si M. Lebohellec était en droit de ne pas poursuivre le projet
élaboré par la municipalité précédente, il était de son devoir de
proposer un nouveau projet, applicable à la rentrée, dans la
concertation, quelque soit son positionnement individuel par
rapport à la loi.
Résultats : à moins de 3 semaines des congés d’été, les parents ne
savent pas comment leurs enfants seront accueillis à la rentrée ni
comment ils vont s’organiser. Pour M. le Maire, ce dossier aurait
du être prioritaire au moment de sa prise de responsabilité, et
bien avant pendant sa campagne. Que cette question n’est pas été
au centre de sa réflexion et de celle de son équipe montre le peu
d’intérêt qu’il porte sur le rôle de la collectivité dans l’éducation
des enfants.

Sur le même thème, lire aussi :

Vers la refondation du Parti Socialiste   Suites aux défaites de notre parti aux dernières élections, celui-ci entreprend un processus de refondation. Faut-il croire, face à ce constat d'échec, à
Le par
Trois interventions, parmi d’autres, de Gilles Lafon, président du groupe socialiste, au conseil municipal du 23 octobre dernier. 1. Le PS votera pour la prolongation du contrat d’un entraineur
Le par

Les derniers contenus multimédias