Intervention au Conseil Municipal d’installation le 5 mars 2014 de Dominique Girard (conseiller municipal).

Le par

PAR DOMINIQUE GIRARD.

Chers collègues conseillers municipaux,

Chers colistiers d’hier et d’aujourd’hui,

Conseillers généraux, régionaux et élus de la communauté

d’agglomération du Val de Bièvre

Mesdames messieurs les citoyennes et citoyens de notre ville

Et surtout à mes enfants, ma compagne qui me verront

dorénavant plus souvent,

Je viens ici faire acte de non-candidature à la fonction de Maire.

Pourtant mes amis socialistes m’ont demandé avec beaucoup

d’insistance de le faire. Ils le souhaitent pour affirmer notre

identité, marquer notre différence, vous dire que notre

sensibilité est présente dans cette ville et vous donner rendez

vous pour les prochaines échéances électorales.

Je ne serai pas candidat par cohérence. Ayant accepté de me

placer dans une liste de rassemblement de toute la gauche je

respecterai cet accord jusqu’à l’élection du Maire, par honnêteté

et fidélité à des alliances même dans la défaite. Une campagne

électorale commence à la constitution de la liste et à

l’élaboration d’un programme, c’est à ce moment que le choix

de porter une candidature se fait. Dans la victoire comme dans

la défaite ce choix est celui que nous avons non seulement

accepté, mais que nous avons proposé à nos électeurs. Ce

contrat se terminera après l’élection du Maire. Nous devons

cette position aux électeurs à tous ceux qui entre les deux tours se sont mobilisés pour que la ville reste à gauche, nous n’avons pas le droit de détourner l’esprit de leur vote.

C’est une question de principe et de morale, celle qui ne semble pas animer la nouvelle majorité.

Je voterai donc Claudine Cordillot par respect du contrat passé avec les électeurs, par principe républicain pour clore la séquence électorale dans la dignité.

( deuxième intervention)

Je souhaite maintenant vous faire part de quelques réflexions et analyses au nom des élus socialistes.

Nous remercions les 6 776 électeurs qui ont renouvelé leur confiance à notre liste. Avec 43,5% des voix, la liste de gauche n’est pas arrivée en tête de ce scrutin municipal conduisant à une alternance. C’est ainsi, c’est la démocratie !

En revanche, je suis choqué, surpris que des personnes se revendiquant de gauche et de l’écologie, puissent permettre la nomination d’un maire UMP à la tête de notre ville, en avançant masquées, en usurpant des couleurs politiques, dans une campagne très tendue, une campagne de dénigrement honteuse.

Le climat délétère, la haine distillée, orchestrée, l’intolérance, l’attaque du projet de mosquée, et les parallèles avec les intégrismes, le mensonge porté auprès des habitants de pavillons pour faire croire que leurs biens seraient détruits, et pire encore, ont conduit à un climat nauséabond.

Tout cela est loin de nos, de mes valeurs, d’une noble idée de la confrontation politique.

Monsieur Le Bohellec, Monsieur Maire, fort de vos 17,5% de voix au premier tour, faite taire cette arrogance, demandez à vos nouveaux partenaires de stopper leurs violences, leur propos d’exclusion, leurs menaces vis-à-vis de leur contradicteurs, y compris vis-à-vis d’anciens membres de vos listes fusionnées.

Pour leur part, les trois élus socialistes, Sophie Taillé-Polian et Gilles Lafon et moi-même Dominique Girard porteront une voix progressiste face à la majorité UMP/UDI au sein du conseil municipal, sans concession mais sans à priori.

Comme partout en France, un message fort a été envoyé. Nous l’entendons et devrons en tenir compte.

Les électeurs, en portant la droite à la tête de la ville, ont rejeté de fait le projet de notre liste.

Vraisemblablement nos propositions n’ont pas été assez audibles auprès de la population, trop idéologiques. Sûrement avons-nous privilégié notre bilan, plutôt que d’insister sur des propositions concrètes. Peut-être n’avons-nous pas assez entendu …

Peut-être l’image d’une majorité commençait-elle à se patiner. Certains rajouteront le contexte national qui indéniablement a aussi compté, y compris auprès des abstentionnistes trop nombreux à Villejuif.

La défaite est lourde. Elle est cuisante. Nous en assumons bien évidemment une partie de la responsabilité politique, même si notre liste était très largement arrivée en tête au 1er tour.

Elle est aussi bien sûr porteuse d’enseignements et de leçons que nous analyserons collectivement avec la sérénité que cela impose.

Une satisfaction dans ces résultats le faible score du Front National dont les électeurs se reportent sur votre Liste d’Union de la Droite, telle que comptabilisée.

Un membre malgré tout fait son entrée au conseil municipal sans avoir fait campagne. Ce ne sont pas ses électeurs que je combats mais les fausses bonnes solutions qui sont régulièrement mises en avant.

Je m’adresse donc à vous conseillers majoritaires union de la droite, à direction UMP, soyons clairs enfin avec nos concitoyens.

Notre opposition d’hier, dont plusieurs d’entre vous étiez, n’a cessé de nous rappeler pendant 6 ans que nous n’avions pas été élus par une majorité de Villejuifois en 2008 avec 48%. Je n’utiliserai pas ce déni républicain en rappelant les résultats du 1er tour de ce mois de mars avec 10 à 17 % selon vos listes. Clin d’oeil de l’histoire, au deuxième tour vous obtenez ce même score de 48 %. Mais vous oublierez vraisemblablement vos arguments, et vos contradictions.

Vous nous expliquerez que la fusion des quatre listes est d’abord programmatique. Nous verrons au cours de ce mandat comment vous gérerez justement vos contradictions, il suffit de lire et relire vos programmes pour rester pour le moins circonspects.

Et puis vous avez promis aux Villejuifois le beurre et l’argent du beurre. Comptez sur nous pour rappeler vos promesses. Y compris celles totalement irréalisables car non réglementaires, hors compétences, je n’ose pas dire non finançables. Contrairement à ce qui a pu être avancé naïvement ou démagogiquement pendant la campagne vous devrez tenir compte des contraintes en matière d’urbanisme (SDRIF, Loi ALUR, Contrat de développement Territorial)

Ce qui doit inquiéter aussi les Villejuifois, c’est votre majorité hétéroclite au sein de cette majorité de droite. Nous serons attentifs à ce que vous consacriez votre énergie à la commune et non pas à négocier vos petits arrangements entre compagnons de fortune ! Restez vigilant Monsieur le Maire, certains de vos compagnons de la majorité communiquent d’ores et déjà, camembert à l’appui que nous disposerions d’une majorité de gauche.

Mais comptez sur mon soutien pour dénoncer cette imposture. Votre majorité n’est en rien rose ou verte, elle est bleue, orange à la rigueur.

Vous avez passé la campagne du premier tour à vous jeter des noms d’oiseaux, à vous menacer mutuellement. Comment trouverez-vous votre cohérence et votre unité ? Juste citer quelques extraits de déclarations ou de messages de membres de la nouvelle majorité:

« Il parait quand même difficile dans une ville de gauche de se donner à un candidat étiqueté à droite au premier tour. »

Et aussi

« Une fédération de mécontentements n’a jamais fait une politique, encore moins lorsque le spectre en est aussi large. Tout juste un moyen opportuniste de dépouilles pour se redistribuer des places d’où l’on était exclu. »

Et puis depuis hier fleurissent sur les blogs des informations relatant que votre majorité est déjà divisée, certains entreraient même en opposition. Ce n’est pas sérieux, ce n’est pas digne, tout cela est irrespectueux du vote de vos électeurs. A eux d’en juger. En moins d’une semaine votre liste vole déjà en éclats !

Monsieur Le Bohellec vous m’aviez confié il y a quelques mois que nous avions à Villejuif l’opposition la plus bête du monde. Promis, nous essaierons de faire mieux !

Vous allez diriger une ville qualifiée de plus dynamique du Val de Marne et d’Ile de France. Les potentiels de développement sont importants grâce aux choix opérés par la municipalité, la CAVB, la région et maintenant l’Etat. Vous allez devoir valoriser, faire prospérer ce capital économique, humain, et social. Vous bénéficierez de l’augmentation du revenu moyen par habitant, de la stabilisation de l’endettement, des constructions et agrandissements de groupes scolaires, de d’immeubles construits faisant la part belle aux logements intermédiaires, d’une mixité sociale et fonctionnelle inscrite au Plan Local d’Urbanisme, de la bonne gestion des ZAC favorisant le dynamisme économique.

Nous sommes fiers d’avoir fait progresser cette ville ces dernières années. Comptez sur nous pour défendre avec toute notre énergie un Villejuif accessible à tous qui continue de permettre aux populations des plus fragiles aux plus aisées d’y vivre et d’y rester. Un Villejuif dynamique aux services publics de qualité.

Désigné en novembre dernier par les socialistes de Villejuif comme le Premier d’entre eux, fort de la réflexion collective de nos militants avec la population, contenue dans nos 110 propositions, j’ai avec mes amis du PS engagé un dialogue avec l’ensemble des forces politiques se réclamant de la Gauche.

Si nous avons explicitement marqué notre singularité socialiste, géré en interne nos divergences au sein de la majorité, nous avons durant tout ce mandat et cette campagne affirmé notre loyauté et la solidarité de gestion. C’était la force de notre groupe et la qualité de notre Maire d’entendre et rechercher le compromis dans sa majorité.

Je souhaite ici la remercier, lui rendre hommage, saluer son courage, y compris dans la tourmente.

Durant ce dernier mandat, les élus socialistes ont participé pleinement à la vie municipale, ont pesé sur les choix et contribué à mettre en oeuvre le projet d’avenir pour Villejuif.

Je tiens à les remercier pour leur travail, dans la loyauté, au service du bien commun.

J’ai bien sûr aussi une pensée pour l’ensemble des services qui, dans l’esprit qui honore la fonction publique, ont oeuvré à permettre la mise en oeuvre du projet que nous avions proposé en 2008.

Je tiens aussi à remercier nos colistiers, ceux siégeant ici, et aussi ceux qui ne sont pas élus. Nous avons mené une belle campagne. Vous avez contribué au débat public, fait avancer nos idées. J’y associe tous les militants, amis et partenaires, y compris les égarés du 1er tour qui nous ont rejoints au deuxième.

Je cite Bertolt BRECHT :

« Nos défaites ne prouvent rien

Quand ceux qui luttent contre l’injustice Montrent leurs visages meurtris Grande est l’impatience de ceux Qui vivent en sécurité.

Qui lutte doit savoir perdre ! Qui cherche querelle s’expose au danger ! Qui professe la violence N’a pas le droit d’accuser la violence ! »

Sur le même thème, lire aussi :

Vers la refondation du Parti Socialiste   Suites aux défaites de notre parti aux dernières élections, celui-ci entreprend un processus de refondation. Faut-il croire, face à ce constat d'échec, à
Le par
Trois interventions, parmi d’autres, de Gilles Lafon, président du groupe socialiste, au conseil municipal du 23 octobre dernier. 1. Le PS votera pour la prolongation du contrat d’un entraineur
Le par

Les derniers contenus multimédias