Municipales à Villejuif : lettre aux derniers indécis.

Le par

PAR CATHERINE WEBER-SEBAN.

Dimanche prochain, vous aurez le choix entre 2 listes (en dehors du Front national sur lequel je ne m’étendrai pas…), qui ont été publiées sur le site de la préfecture:

  • Une liste d’union de la gauche (PC/PS/EELV/PG/MRC) et qui a reçu le soutien de :

o    Jeanine Rollin-Coutan (gauche citoyenne), Mostefa Sofi, Khaled Belabbas, Brahim Mafout Djahlat, Eric Mercier, Jonathan Ramassamy, Abdelnour Bouchelkia, Mouloud Dehri, tous anciens colistiers de Philippe Vidal ou de Nathalie Gandais

http://enavantvillejuif.fr/nous-avons-le-sentiment-davoir-ete-trahis/

o   François Labat, Ancien président du groupe « Les Verts-Villejuif Autrement » au Conseil municipal de Villejuif

http://enavantvillejuif.fr/soutien-de-francois-labat-ancien-president-du-groupe-les-verts-villejuif-autrement/

  • Une liste qui se présente « Union citoyenne pour Villejuif », n’a pas de logo, mais qui est en fait une liste de droite

o   Cette liste résulte de la fusion de 4 listes dont le rapport de force est clairement à droite : 2 listes de droite qui ont réuni 33 % au 1er tour (UMP 17 %, UDI de Jean-François Harel -16 %) et 2 listes, se présentant comme verts et centre gauche qui ont réuni 21 % (anciennement EELV de Nathalie Gandais – 10,4 % et centre gauche de Philippe Vidal – 10,6 %).

o   Cette nouvelle liste a été déposée à la préfecture sous l’étiquette Liste d’Union de la Droite (LUD) ;

o   Si cette liste a la majorité, le maire de Villejuif sera la tête de liste Franck Le Bohellec, candidat UMP au premier tour

o   Nous avons recoupé la présente liste avec les 4 listes du 1er tour pour essayer de mieux comprendre cette liste qui n’expose pas la provenance des candidats : UMP 11 (dont 1 modem) + UDI 10 + Vidal 7 (dont 1 modem) + Gandais 6
(Pour des gens qui veulent donner des leçons de transparence… Nous, au moins, nous avions publié par voie de presse les rapports de force au sein de notre liste plutôt équilibrée 14PCF – 13 PS – 2 PG – 1 MRC- 4 citoyens sur les 34 premiers éliglibles, aucune tendance avec la majorité absolue).

Il resterait 11 sièges d’opposition dont 1 au moins serait occupé par le FN s’ils emportaient ces élections…
Pour information, la majorité absolue se situera à 23 sièges sur 45. Avec 22 sièges à droite, il ne sera pas difficile à F. Le Bohellec de dégager une majorité absolue à droite, en allant chercher au pire les voix du FN ou leur abstention, au mieux les voix des 2 autres listes, dont vous me permettrez de douter de la sincérité de leur attachement aux valeurs de la gauche et de l’écologie.

La seule fois de ma vie où j’ai voté pour la droite, c’était en 2002 : j’ai voté Chirac face à Le Pen.

Alors qu’est-ce qui peut justifier une telle alliance contre nature à Villejuif ?

Cette alliance est justifiée par Alain Lipietz par les arguments suivants « Ici, la droite c’est le Parti communiste ! Depuis cinq ans, Villejuif s’embourbe dans la saleté et la délinquance. Ils bétonnent tout ce qui peut rester d’espaces verts. Les HLM sont laissés à l’abandon… Et l’équipe en place a laissé les narcotrafiquants s’installer dans la ville » (Alain Lipietz, Le Monde 28/3/2014) »

Quant à Philippe Vidal, « Pourtant, Madame Cordillot, qui a la main mise sur l’action municipale depuis près de 30 ans, conduit une politique qui n’est pas celle que les électeurs de gauche souhaitent voir mise en œuvre, clientélisme, opacité des attributions de places en crèche et de logements sociaux, sectarisme, etc. (…) Il s’agit d’un rassemblement républicain face à deux autres listes de partis politiques aux extrêmes de l’échiquier politique. »

Candidate sur la liste de Claudine Cordillot, je ne savais pas que j’étais située « aux extrêmes de l’échiquier politique ». Si je suis la première à dire qu’il y a des choses à changer à Villejuif, je ne me retrouve pas dans ce tableau apocalyptique qui me semble plus relever des clichés anti-communistes que d’une analyse sérieuse. Ce descriptif correspond à la dérive outrancière que j’ai pu constater dans le discours de Philippe Vidal lors des quelques mois où il est passé au PS (vraisemblablement pour pouvoir ensuite se prévaloir de l’étiquette « PS dissident »)… et qui me fait dire que nous ne partageons effectivement pas les mêmes valeurs et la même façon de faire de la politique.

En premier lieu, il est malhonnête de laisser penser que la lutte contre le trafic de drogue relève des pouvoirs de police du maire. Il s’agit d’une compétence de la police d’Etat, même si la ville coopère activement à la lutte contre la délinquance au sein du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance qui réunit tous les acteurs locaux.

En disant cela, je ne nie pas (loin de là) qu’il y a des progrès à faire sur la sécurité mais aussi sur l’efficacité du service public, la propreté des espaces publics, le dynamisme du commerce de proximité, la démocratie et la transparence… Ces priorités sont celles des socialistes de Villejuif (voir nos 110 propositions http://issuu.com/frederic-andrepostel/docs/programme_ps_vljf_2014_version_elec qui restent la feuille de route des socialistes si nous sommes élus) et je peux vous assurer qu’elles ont été bien entendues par Claudine Cordillot à l’issue de ce premier tour.

Mais cela ne doit pas conduire à occulter un bilan municipal très positif :

–          la mobilisation de la municipalité sortante a permis de créer les conditions d’un fort développement économique, notamment, dans le domaine de la santé et des biotechnologies : implantation du siège de LCL entre 2008 et 2012 ; création en octobre 2011 de la pépinière d’entreprises Villejuif Bio Park ; lancement du projet Campus grand Parc, campus urbain à vocation internationale, centré sur la recherche et l’innovation ; confirmation de ce que, avec 3 stations du réseau du Grand Paris express, Villejuif sera un des principaux nœuds de communication et de développement de l’agglomération parisienne ;

–          La ville offre des services publics culturels et sportifs de qualité et à prix accessible ;

–          La municipalité a commencé à mettre en œuvre des outils pour une gestion rigoureuse des dépenses publiques : évaluation des politiques publiques ; réorganisation de services tels, par exemple, la médiathèque, le service jeunesse, les gardes urbains… ; développement d’une politique de ressources humaines plus cohérente : Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), reclassement approprié des agents touchés par une inaptitude physique, mise en place d’un observatoire de l’absentéisme …

Ces orientations ont permis une stabilisation des taux d’imposition de la taxe d’habitation, de la taxe foncière (24,84 %) et de la taxe professionnelle (18,48 %) au cours des 4 dernières années du mandat mais qui reste au dessus de la moyenne des villes de même catégorie[1] (actuellement de + 1,5 % pour la taxe d’habitation et de + 2,5 % pour la taxe foncière).

Au niveau des propositions, si vous comparez la profession de foi de la liste Union citoyenne avec celles de la liste d’union de la gauche http://enavantvillejuif.fr/le-projet/, vous retrouverez un certain nombre de propositions communes. A titre d’exemples : attirer les entreprises pour créer des emplois et créer de la richesse pour la ville, soutenir le commerce de proximité, développer l’économie sociale et solidaire, organiser un service de médiateurs sociaux, mise en place d’un numéro vert « allo voirie », favoriser les zones 30, créer de nouvelles places en crèche, …

En revanche, ce qui est sûr c’est qu’il y a 2 points de divergence fondamentaux :

–          La « densification ». Les candidats de l’autre liste et notamment, Alain Lipietz sont contre la densification qu’ils qualifient régulièrement de « bétonnage ». Or cette densification, bien sûr si elle est menée de façon intelligente et avec des objectifs de qualité architecturale, correspond à une vision écologiste du développement urbain d’ailleurs portée par EELV au niveau du schéma de développement régional (SDRIF) : il faut densifier autour des nœuds de transports collectifs pour éviter l’étalement urbain, qui lui favorise l’usage de la voiture et est contraire au développement durable.

 

–          Le logement social : l’autre liste veut réduire fortement la construction de logements sociaux. Nous considérons au contraire qu’il faut maintenir le taux de 38 %/40 % de logements sociaux. En effet, c’est le seul moyen de ne pas renvoyer les villejuifois à revenus moyens ou modestes vers des communes plus éloignées de Paris compte tenu de la forte pression à la hausse du prix de l’immobilier qui risque d’accompagner l’arrivée de 2 nouvelles lignes de métro et le développement urbain et économique de Villejuif.

Mais contrairement à la présentation qui en est faite, une des priorités de la municipalité sortante a été et reste de diversifier ce logement social (entre 2009 et 2014, 36 % du logement social construit était du logement intermédiaire) et de favoriser l’accession sociale à la propriété, notamment dans les quartiers les plus populaires de Villejuif (qui représente, dans le PLU, 60 % des objectifs de construction dans ces quartiers).

En conclusion, dimanche, je vous appelle à voter à gauche pour la liste conduite par Claudine Cordillot. Je peux vous assurer que tous les candidats de cette liste (y compris les communistes…) sont conscients de la responsabilité qui sera la notre pour répondre aux besoins des habitants et aux revendications qu’ils ont exprimées pendant la campagne.

 

Sur le même thème, lire aussi :

Vers la refondation du Parti Socialiste   Suites aux défaites de notre parti aux dernières élections, celui-ci entreprend un processus de refondation. Faut-il croire, face à ce constat d'échec, à
Le par
Trois interventions, parmi d’autres, de Gilles Lafon, président du groupe socialiste, au conseil municipal du 23 octobre dernier. 1. Le PS votera pour la prolongation du contrat d’un entraineur
Le par

Les derniers contenus multimédias