La laïcité française, un processus inachevé, un combat permanent (par Nicole Samadi).

Le par

La laïcité française, un processus inachevé, un combat permanent.
Longtemps victime d’« excès » qui contribuèrent à identifier abusivement laïcité et irréligion, la laïcité relève la tête aujourd’hui et s’impose sans contestation aux côtés de Marianne et à l’égal de la devise républicaine.
La laïcité est une des grandes conquêtes de la IIIe République mais on oublie trop souvent que sa construction oscilla d’une part, entre discours idéologiques, interprétations diverses et d’autre part, compromis et accommodements.
Parmi les nombreux compromis, celui qui renonça à appliquer les lois laïques en Alsace-Moselle n’a pas été contesté lors de la campagne présidentielle : François Hollande alors candidat, s’engagea à le maintenir en proposant d’inscrire les articles 1 et 2 de la loi de 1905 « sous réserve des règles particulières applicables en Alsace-Moselle ».
Face à l’islam, considéré comme une « nouvelle donne » dans l’espace républicain, la laïcité a besoin de temps ! Ciment de la cohésion citoyenne, elle saura repousser les phobies laïcardes et mobiliser ou inventer des compromis.
Depuis dix-huit ans une des associations villejuifoises de musulmans, œuvre pour la construction d’une mosquée dans la commune. En 2014, un terrain lui sera loué dans le cadre d’un bail emphytéotique, par la municipalité qui en est devenue propriétaire. Ce choix de la majorité municipale n’a pas manqué de soulever des questions sur la laïcité. N’allait-on pas contrevenir à la Loi de 1905 ? Une commune peut-elle apporter son aide pour la construction d’un lieu de culte ?
Avons-nous oublié que ce type de bail a été utilisé dans l’entre-deux-guerres pour permettre aux Chantiers du cardinal Verdier la construction d’églises dans les communes de banlieue parisienne en pleine expansion démographique. C’est avec ce même outil juridique que des lieux de culte musulman ont été édifiés depuis les années 1990 dans des communes de France de droite ou de gauche… afin de permettre aux musulmans de France l’exercice de leur culte dans le respect de la laïcité républicaine.
Oui à des compromis, comme le bail emphytéotique… non aux compromissions !

Sur le même thème, lire aussi :

Vers la refondation du Parti Socialiste   Suites aux défaites de notre parti aux dernières élections, celui-ci entreprend un processus de refondation. Faut-il croire, face à ce constat d'échec, à
Le par
Trois interventions, parmi d’autres, de Gilles Lafon, président du groupe socialiste, au conseil municipal du 23 octobre dernier. 1. Le PS votera pour la prolongation du contrat d’un entraineur
Le par

Les derniers contenus multimédias