François Hollande : «ma priorité, la seule, c’est l’emploi»

0 commentaire Le par

Le président de la République a tenu sa première grande conférence de presse à l’Elysée mardi 13 novembre. François Hollande a défendu dans son discours liminaire l’action du gouvernement pour la réduction du chômage et les réformes à venir.

6 mois de gouvernement: des engagements tenus

En premier lieu, le président a rappelé les engagements tenus avant les élections législatives: la réduction de 30% des rémunérations des membres du gouvernement et du président, le plafonnement des salaires des dirigeants des entreprises publiques, la création de postes dans l’Education nationale, l’augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire, l’augmentation du Smic, le rétablissement de la retraite à 60 ans.

Puis l’adoption de textes importants par le Parlement, en particulier le projet de loi de financement de l’année 2012, le projet de loi de finances de 2013, la lutte contre la vie chère dans les outremers, le renforcement des moyens de lutte contre le terrorisme, la création des emplois d’avenir et l’adoption du traité européen.

5 ans pour changer la France

Face aux attaques de la droite et interrogé sur les doutes de l’opinion publique, François Hollande a répondu:

La seule question qui vaille, ce n’est pas l’état de l’opinion aujourd’hui mais l’état de la France dans 5 ans.

Le président a rappelé alors que « si l’alternance change le pouvoir, elle ne change pas la réalité », et de décrire l’état de la France: une dette publique qui représente plus de 90% du PIB, un chômage croissant, une croissance à l’arrêt et un décrochage productif, soulignant que la France se place aujourd’hui dix-septième industrie de la zone Euro. Et donc de réaffirmer ses objectifs: réorienter l’Europe, désendetter la France et rendre l’économie compétitive.

Réorienter l’Europe et désendetter la France

S’agissant de la réorientation européenne, François Hollande a notamment évoqué le Pacte de croissance, la mise en place d’une supervision bancaire et celle de la taxe sur les transactions financières. Concernant le désendettement, le président a rappelé que le rétablissement des comptes publics par les économies engagées a permis que les taux d’intérêt consentis sur la dette parmi les plus bas de notre histoire passant depuis le 6 mai de 2,86 à 2,10%.

Et d’insister sur les principes qui ont régi les économies réalisées par augmentation d’impôts:

La justice, en demandant une contribution aux plus favorisés et en limitant les prélèvements sur les plus modestes ; l’emploi, en préservant les PME de toute contribution supplémentaire.

Rendre la France compétitive

Enfin le président de la République a détaillé les mesures du Pacte national Croissance, Compétitivité et Emploi et insisté en particulier sur son financement par la refonte des taux de TVA. François Hollande s’est défendu de rétablir la TVA Sarkozy:

L’augmentation du taux normal de TVA sera 4 fois inférieure à celle qui était prévue : 0.4 point au lieu d’1.6. Elle sera accompagnée d’une baisse de 0.5 point du taux réduit (de 5,5 à 5) sur les produits de première nécessité. Enfin, elle mettra un terme au débat sur la TVA sur la restauration en stabilisant son taux à 10% sur la durée du quinquennat

François Hollande a également annoncé la remise au printemps prochain dans le cadre du débat sur la transition énergétique des premières propositions pour jeter les bases d’une fiscalité écologique.

Le chômage, priorité du quinquennat

Puis le président a réaffirmé sa priorité de la réduction du chômage:

Ma priorité, la seule, c’est l’emploi.

François Hollande a notamment évoqué la création des emplois d’avenir, les contrats de génération et les négociations sur la sécurisation de l’emploi :

Il s’agit de donner aux salariés et aux entreprises, plus de souplesse et plus de protection face aux aléas de la conjoncture, de prévenir les plans sociaux et donc les licenciements, de former les salariés et de lutter contre la précarité du travail.

Rassembler les Français et moderniser la vie démocratique nationale

Enfin le président de la République a appelé les Français à se rassembler :

La France a besoin de tous. Des chefs d’entreprises plongés dans la mondialisation jusqu’aux jeunes de nos cités qui ne demandent qu’à réussir. La France n’avance que si elle est mue par un projet collectif. Le déclin n’est pas son destin.

Et d’évoquer pour conclure les éléments de modernisation de la vie démocratique nationale en saluant le travail de la commission menée par Lionel Jospin:

Je fais largement miennes ses conclusions : le non cumul de mandat, l’introduction d’une part de proportionnelle pour l’élection des députés, la fin de l’immunité du chef de l’Etat tant en matière pénale que civile, la création d’une Haute Autorité de déontologie pour prévenir les conflits d’intérêt.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Vers la refondation du Parti Socialiste   Suites aux défaites de notre parti aux dernières élections, celui-ci entreprend un processus de refondation. Faut-il croire, face à ce constat d'échec, à
Le par
Trois interventions, parmi d’autres, de Gilles Lafon, président du groupe socialiste, au conseil municipal du 23 octobre dernier. 1. Le PS votera pour la prolongation du contrat d’un entraineur
Le par

Les derniers contenus multimédias